La retraite des médecins : à quoi faut-il faire attention ?

Les médecins praticiens sont affiliés à la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF). A ce titre, ils touchent une retraite de base ainsi qu’une retraite complémentaire. Les médecins qui ont conclu une convention avec la Sécurité sociale sont par ailleurs affiliés au régime de d’ASV (Allocation supplémentaire vieillesse). 

1 – La retraite de base est la même que celle des autres libéraux

Le montant de la pension de base dépend :

  • du nombre de points de retraite de base acquis par l'assuré,
  • de la valeur du point de retraite de base
  • du taux de liquidation variable en fonction de la durée d'assurance.

Le nombre de points acquis est déterminé en fonction des revenus soumis à cotisations.

La durée d'assurance, c’est-à-dire le nombre de trimestres de cotisation (tous régimes de base confondus), nécessaire à la liquidation d'une pension sans abattement (sans décote) varie en fonction de l'année de naissance.

La liquidation demandée avant 65 ans (67 ans d’ici 2022) sans totaliser la durée d’assurance requise entraîne l'application d'un coefficient de minoration de 1,25 % par trimestre manquant dans la limite de 25 % (20 trimestres).

La retraite servie par ce régime n’en demeure pas moins très modeste et ne pourra, dans le meilleur des cas, dépasser 1.600 € par mois pour une carrière complète.

 

2 – Pour la retraite complémentaire, les médecins peuvent percevoir deux pensions

 

2 – 1 Un régime complémentaire classique

Géré comme un régime par points classique, les paramètres de ce régime sont les suivants :

Montant de la retraite : valeur du point de service de la retraite complémentaire au moment de la liquidation  X  nombre des points complémentaires acquis

La retraite est attribuée aux conditions suivantes :

  • être âgé de 65 ans
  • avoir cotisé régulièrement
  • avoir cessé son activité libérale

La pension est majorée de 10 % pour les assurés ayant élevé au moins 3 enfants.

Le régime complémentaire de la CARMF a été modifié. Depuis le 1er janvier 2017, les minorations appliquées aux liquidations avant 65 ans ont été abaissées. Elles sont ainsi passées de 15% à 13% pour un départ à 62 ans, de 10% à 8,70% à 63 ans et de 5% à 4,30% à 64 ans. Par ailleurs, une surcote a été mise en place. La pension complémentaire est majorée de 2,60% pour une liquidation des droits à 66 ans, de 5,20% à 67 ans, de 7,80% à 68 ans, de 10,40% à 69 ans et de 13% à 70 ans.

 

2 – 2 L’ASV : un complément de retraite réservé aux seuls médecins conventionnés

Montant de la prestation : nombre de points acquis X valeur du point

La retraite au titre de l’ASV est attribuée aux conditions suivantes :

  • être âgé de 65 ans
  • avoir cotisé régulièrement,
  • avoir cessé son activité libérale,
  • avoir cotisé au moins pendant 1 an dans le cadre des conventions médicales signées avec l’Assurance maladie

Ce régime a fait l’objet d’une réforme drastique en 2012 débouchant sur une baisse de 10% à 16% du montant des retraites ASV. Au 1er janvier 2017, la valeur du point de service ASV a de nouveau été abaissée de 13 € à 11,31 € afin d’assurer la pérennité financière du régime, financé aux deux-tiers par l’Assurance maladie.

 

3 – La réversion : un dispositif très insuffisant

Les trois régimes – base, complémentaire et ASV – servent des pensions de réversion au profit du conjoint survivant.

Les droits sont les suivants :

  • Retraite de base : 54 % de la pension de l’assuré décédé
  • Retraite complémentaire : 60% des droits de l’assuré décédé
  • Retraite ASV : 50 % de la pension de l’assuré décédé

Pour la retraite de base, la réversion est servie sous réserve de conditions de ressources :

Retraite de base : le montant des ressources du conjoint survivant ne peut excéder 20 550,40 € par an s’il vit seul ou 32 880,64 € par an s’il vit en couple.

En revanche, ni le régime complémentaire ni l’ASV n’exigent de conditions de ressources de la part du conjoint survivant.

Point de vigilance :

Vérifier le montant des revenus perçus à la retraite ainsi que le manque à gagner devant être couvert par un contrat facultatif.

 

 

Notre réseau

AXA Prévoyance & Patrimoine est le réseau d’experts pour votre protection sociale et patrimoniale, notamment en matière de prévoyance, santé, retraite, épargne et gestion du patrimoine.

Nos valeurs

  • L’excellence
  • L’éthique

Articles similaires